Projet emploi des jeunes: Une subvention d’installation de 200 000 F Cfa pour chaque bénéficiaire

Le gouvernement a initié, grâce à l’appui technique et financier de la Banque mondiale, le Projet emploi des jeunes (Pej). C’est non seulement, pour contribuer à la mise en œuvre de la politique nationale de l’emploi, mais aussi pour apporter des réponses durables à la crise de l’emploi dans le pays. En témoigne l’octroi des subventions financières d’installation aux bénéficiaires du projet dont la cérémonie organisée, ce jeudi 22 mars à N’Dali, n’était que la première étape du lancement officiel.

La mise en œuvre du Projet emploi des jeunes (Pej) se poursuit. Après l’information des élus communales, la sensibilisation des potentiels bénéficiaires, l’enregistrement des candidats, leur sélection et formation, puis la distribution des cartes Sim Mtn et l’ouverture de compte Mobile Money à chacun d’eux, elle a abordé une autre étape depuis, ce jeudi 22 mars à N’Dali. C’était avec le lancement officiel de l’octroi des subventions financières d’installations des bénéficiaires ayant pour vocation l’artisanat, la transformation agricole, l’élevage et le tourisme. 
L’objectif principal est d’améliorer l’accès aux compétences et aux opportunités d’emploi à 17 000 jeunes de 15 à 35 ans, peu ou pas instruits en situation de sous-emploi. Il s’agit d’une action sociale du gouvernement au profit des couches défavorisées. Estimé à près de 19 milliards de francs Cfa, le projet a une durée de quatre ans.

Les officiels avec les bénéficiaires de N’Dali

Qualifiant l’évènement d’exceptionnel et d’inédit, le directeur général de l’Agence nationale pour l’emploi, Urbain Amègbédji, a indiqué qu’il est l’aboutissement heureux d’un long processus. « Il permet au gouvernement du président Patrice Talon, avec l’appui de la Banque mondiale, de faire mieux, de faire autrement », a-t-il poursuivi. Selon lui, c’est la première fois, en effet, qu’en une seule fois, sur la base d’un clic, 17 000 bénéficiaires d’une subvention d’installation de 200 000 F Cfa pourront entrer simultanément en possession des fonds, pour la création de leurs micro-entreprises. « Nous avons connu l’ère des microcrédits aux plus pauvres de 30 000 et de 50 000 remboursables. Avec ce gouvernement, nous connaissons aujourd’hui des subventions non remboursables de 200 000 francs à plus de 15 000 micro-entrepreneurs béninois qui ont suivi un parcours rigoureux de sélection, de formation et d’encadrement pour la création de leurs entreprises », a insisté Urbain Amégbédji. 
Il s’agit de la première vague de bénéficiaires au niveau des 77 communes du Bénin. « Du résultat que donneront ces premiers entrepreneurs dépendra le renouvellement de la subvention pour une autre vague », a laissé entendre le directeur général de l’Anpe, en guise d’avertissement à l’endroit des membres des différents conseils communaux. Ainsi, le détournement et la dilapidation des fonds à d’autres usages amèneront certainement au déclassement des communes auxquelles appartiennent les bénéficiaires indélicats. Le coordonnateur du projet, Maxime Sogbossi, a abondé dans le même sens que le directeur général de l’Anpe.

Au chevet des jeunes

Procédant au lancement de l’octroi des subventions, le ministre des Petites et moyennes entreprises et de la Promotion de l’emploi, Modeste Kérékou, a invité les bénéficiaires à saisir la chance inouïe qui leur a été accordée de réaliser leurs rêves et leurs projets de devenir des entrepreneurs. Il les a exhortés à se conformer scrupuleusement à leur plan d’affaires, afin de ne pas empêcher d’autres jeunes de leurs communes de profiter aussi du projet. 
Avant eux, c’est le maire de N’Dali, Gaston Yorou, qui a loué l’initiative. Ce sont 76 jeunes de sa commune qui bénéficient du projet. Pour les satisfaire, une somme de 30 704 000 a déjà été transférée depuis ce jeudi 22 mars à N’Dali. Selon le maire, ils ont l’opportunité de sortir du cercle vicieux du chômage. Il a, au nom de ses collègues des communes du Borgou et de l’Alibori, promis effectuer le suivi périodique des bénéficiaires des deux départements afin que les subventions ne soient pas détournées de leurs objectifs. 
Sur les lieux, les bénéficiaires de N’Dali ont eu l’occasion de constater la disponibilité des subventions sur leurs comptes. Plus de doute donc par rapport à l’effectivité des transferts de fonds qui leur ont été promis. Leur porte-parole, Nouredine Bio Sika, a réaffirmé leur engagement à faire un bon usage de la subvention.
Après N’Dali, c’est la commune de Toucountouna dans l’Atacora, qui sera à l’honneur ce jour, vendredi 23 mars. La semaine prochaine, ce sont celles de Zagnanado, d’Athiémé, d’Akpro-Missérété et de Tori-Bossito qui accueilleront également la même cérémonie.
En marge de la cérémonie, du matériel informatique a été remis aux agents communautaires d’emplois représentant le projet dans le Borgou et l’Alibori. C’est pour les aider à mieux se mettre à la disposition des jeunes.

par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori ( in la Nation du 23/03/2018)

REPERTOIRE DES METIERS

Un métier vous intéresse ? Recherchez dans le répertoire opérationnel des métiers et trouvez toutes les infos liées au métier recherché: centres de formation, prérequis, débouchés, opportunités

Carrefour Emploi