FIDEA : Un relai adéquat au combat de l’Anpe pour l’auto-emploiLe Bénin a accueilli, le samedi 16 mars dernier, la deuxième édition du Forum international pour le développement de l’entrepreneuriat en Afrique (Fidea). Réunis à l’amphithéâtre Idriss Déby de l’Université d’Abomey- Calavi Uac), les participants, venus du Bénin, du Togo, du Niger, de la Côte d’Ivoire, du Maroc, de l’Allemagne, du Canada et de la France, ont réfléchi sur le thème : « Améliorer le climat des affaires, favoriser l’émergence des entrepreneurs ».

L’Agence nationale pour l’emploi (Anpe) a apporté son soutien à l’organisation de ce forum dont l’objectif est de « réunir les acteurs clés pour stimuler le tissu entrepreneurial en mettant l’innovation et les jeunes entrepreneurs au centre de l’intérêt ». Ce forum se veut également une tribune pour mettre en avant et encourager les jeunes entrepreneurs et les projets les plus innovants à travers un concours dénommé : Startup Fidea. 

Prenant à cœur l’enjeu de cette rencontre qui est conforme à sa mission, l’Agence nationale pour l’emploi (Anpe) a apporté son soutien à l’événement. Pour l’Anpe, l’entrepreneuriat que promeut le Fidea est la voie royale pour réduire le chômage et le sous-emploi. C’est pour cela que cette agence s’investit de plus en pour l’auto-emploi des jeunes. 

C’est à travers le Programme d’appui à l’emploi indépendant (Paei) qu’elle exécute.

Selon Urbain Amègbédji, directeur général de l’Anpe, le combat de son agence est d’amener les jeunes à comprendre que le plus important n’est ni la formation académique ni les diplômes, mais le talent, gage de savoir-faire. « On peut avoir une Licence ou un Master dans n’importe quel domaine, mais avoir une usine de transformation agricole ou un bon restaurant permet de vivre décemment. L’essentiel est d’utiliser les enseignements reçus à l’école pour gérer autrement ces entreprises ou les gérer de façon moderne » a-t-il expliqué.

Se déprogrammer et se reprogrammer

Pour faciliter les échanges, le thème central du deuxième Fidea, « Améliorer le climat des affaires, favoriser l’émergence des entrepreneurs », a été subdivisé en deux sous thèmes. Le 1er est intitulé « Quels challenges pour les entrepreneurs en Afrique de l’Ouest ? » et le second est « Vers quel modèle pour favoriser l’émergence du tissu entrepreneuriat ». Gaston Dossouhoui, ministre en charge de l’agriculture et les autres invités aux deux tables rondes, sur ces deux sous-thèmes, ont mis en exergue les potentialités qui existent en entrepreneuriat surtout en agriculture. Ils ont aussi, sur la base des expériences, soulever les difficultés dues au manque d’accompagnement, de financement, etc. Pour le Professeur Euloge Ogouwalé, enseignant à l’Uac et lauréat du prix spécial Fidea 2019 et l’un des panélistes, il faut « déprogrammer les jeunes et les reprogrammer » pour changer leur vision des choses. C’est à ce prix que le défi de la disponibilité face à la croissance démographie du continent pourra être transformé en opportunité comme le souhaite le Fidea. C’est dans cette dynamique que le Fidea a été initié en 2017 avec le 1er forum organisé au Togo a indiqué Zakaria Mamou, directeur du Fidea. Car en 2050, l’Afrique va abriter 2,3 milliards de personnes soit le quart de la population mondiale.

La meilleure source d’emploi est l’emploi indépendant

  (81% des travailleurs au Bénin sont des indépendants ) Au Fidea 2019 auquel il a participé de bout en bout, Urbain Amègbédji, directeur général de l’Anpe a sillonné les stands et échangé avec les exposants. Dans une ambiance conviviale, il a encouragé les vendeurs de viande de lapin frais, de farine de banane et autres innovateurs. En outre, il a expliqué le sens du soutien de l’Agence Nationale Pour l'Emploi au forum :

« Nous avons estimé que le Fidea était une heureuse et excellente initiative pour permettre aux jeunes de savoir encore une fois dans quelle direction aller. Les statiques indiquent que 81% des travailleurs au Bénin sont des indépendants. C’est-à-dire que la meilleure source d’emploi est l’emploi indépendant et non l’emploi salarié. Donc, seuls 19% des travailleurs béninois sont des salariés. Alors, lorsqu’après les études universitaires on pense à l’emploi salarié, on se positionne dans les 19%. Le Fidea nous offre donc l’opportunité de rappeler aux jeunes là où se trouve l’emploi et comment se comporte le marché de l’emploi. 

C’est pour cela que nous avons décidé de contribuer à la bonne organisation de ce forum qui, pour nous, est un espace pour échanger avec les jeunes pour leur indiquer les différentes opportunités qu’il y a dans l’entrepreneuriat. En effet, le Bénin regorge d’immenses opportunités dans l’agriculture, le numérique, le tourisme, le transport, etc. Ce que nous demandons aux jeunes et que la formation académique ne leur donne pas, c’est la capacité à ouvrir les yeux sur ces opportunités et à y apporter leur touche pour pouvoir créer une entreprise et recruter d’autres jeunes qui sont au chômage comme eux » a déclaré le directeur général de l’Anpe.

 

REPERTOIRE DES METIERS

Un métier vous intéresse ? Recherchez dans le répertoire opérationnel des métiers et trouvez toutes les infos liées au métier recherché: centres de formation, prérequis, débouchés, opportunités

Carrefour Emploi