Imprimer
Catégorie : Actualités de l'ANPE
Affichages : 3591

L’INITIATIVE PRESIDENTIELLE SPECIALE D’INSERTION DANS L’EMPLOI DEMARRE

 Les premiers bénéficiaires du Programme Spécial d’Insertion dans l’Emploi (Psie) seront en situation d’emploi dans les entreprises dès le 1er juillet. Ainsi en a décidé le Conseil des ministres, en sa séance hebdomadaire du 10 juin 2020. Les enregistrements se feront en ligne sur la plateforme, www.psie.bj, qui recevra les demandes aussi bien des entreprises que des candidats à un emploi.

Le dépôt d’une demande par un candidat éligible au programme se fait donc sur la base des offres des entreprises qui auront été préalablement publiées sur le site www.psie.bj. La plateforme identifiera automatiquement les demandes des candidats qui correspondent aux offres des entreprises. Celles-ci seront ensuite analysées par le comité technique du programme qui, de façon électronique, constituera les lots de candidats qui seront présentés aux employeurs pour des entretiens individuels après une première formation d’insertion dans l’emploi. Après cette phase, l’entreprise fait, en ligne un bref rapport sur chaque candidat et notifie son choix par la même procédure en vue de la signature du contrat par le bénéficiaire.

Initiative du Président de la République, le Psie intervient dans un contexte marqué d’une part par l’urgence d’agir pour améliorer l’employabilité des jeunes et d’autre part pour répondre à l’urgence de l’assistance à l’amélioration de la compétitivité des entreprises durement frappées par ailleurs par les conséquences de la COVID 19. De façon spécifique, cette initiative volontariste du Président de la République vise à améliorer l’employabilité des bénéficiaires du programme en vue de leur insertion professionnelle durable dans les nouveaux postes d’emploi créés, grâce aux actions d’immersion et d’encadrement. Elle vise également à soutenir financièrement les entreprises, par la prise en charge des salaires des titulaires des nouveaux emplois créés dans le cadre du programme.

Des salaires décents doublés de sécurité sociale

Les salaires, indexés sur ce qui se fait de mieux dans le secteur privé sont entièrement pris en charge par l’Etat pour la première année, tandis que la seconde année, l’entreprise prend en charge les salaires nets et l’Etat les charges sociales. Les salaires vont de 100.000 à 250.000 FCFA suivant le niveau des diplômes, afin de contribuer à réguler le marché du travail par une amélioration du revenu des travailleurs. Il s’éloigne des anciens programmes qui assuraient juste une allocation qui couvre à peine le déplacement. La sécurité sociale, par surcroît assurée aux allocataires qui bénéficieront du même régime de sécurité sociale que les travailleurs du secteur privé ou parapublic, est un précèdent.

Ainsi, les jeunes insérés pourront sereinement à travers leur travail se valoriser pour être recrutés au sein des entreprises accueillantes ou pourront après cette expérience se lancer dans leur propre initiative. 

Âgés de 18 à 40 ans, ces jeunes doivent être détenteurs de l’un des diplômes ci-après : Bac professionnel, Bts ou Dut, Licence professionnelle ou Dts, Master ou Ingénieur et être immédiatement disponibles. Pour être sélectionnés, ils devront remplir les critères spécifiques (diplômes, spécialités, niveau de qualifications exigées) et avoir le profil correspondant à un besoin exprimé par les entreprises. De droit béninois, ces entreprises candidates doivent être légalement constituées, être à jour vis-à-vis des impôts et être affiliées à la Cnss. Elles devront avoir exercé pendant une année au moins dûment justifiée. Toutefois, les entreprises naissantes ayant un potentiel de croissance et d’emploi peuvent également postuler.