L’ANPE échange avec les  groupes vulnérables pour leur Insertion sur le marché du travail L’ANPE échange les  groupes vulnérables pour leur Insertion sur le marché du travail 

Le 1er décembre 2016, s’est tenu, un atelier d’échanges sur l’emploi des personnes handicapées et autres groupes vulnérables, à la salle de conférences du Centre de promotion de l’artisanat (CPA), à Cotonou. Personnes handicapées, personnes vivant avec le VIH/Sida, albinos et les responsables en charge de la cruciale question de l’emploi, ont participé à ces échanges qui s’inscrivent en droite ligne de la cinquième édition de la Quinzaine nationale de l’emploi 

« Le grand problème des handicapés, c’est l’insertion professionnelle ». C’est par cette phrase qui résume le thème de l’atelier d’échanges que Nassirou Domingo, secrétaire général de la Fédération des associations des personnes handicapées du Bénin (FAPHB), a planté le décor. Dans son adresse, il a tenu à souligner qu’il ne sert à rien pour une personne handicapée de s’instruire jusqu’au niveau supérieur pour, in fine, ne pas trouver un emploi. C’est pourquoi il demande à l’Etat de s’investir davantage dans l’intégration scolaire de ces couches vulnérables, la lutte contre les discriminations à leur égard et l’insertion professionnelle de celles-ci. 

Eviter la double peine, handicap et discrimination 

Pour Urbain Amègbédji, directeur général de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), cette rencontre vise à échanger entre les acteurs et ce groupe cible de demandeurs d’emploi afin de tracer ensemble les voies d’issue envisageables pour améliorer les conditions d’insertion des personnes handicapées et groupes vulnérables sur le marché du travail. Car, ajoute-t-il, « le regard de la société sur ces personnes est discriminant et les empêche de s’épanouir professionnellement ». Cette assise permettra donc de réfléchir à comment éviter qu’elles subissent le principe de la double peine (handicap et discrimination). 

En tout état de cause, l’Etat jouera sa partition, rassure Urbain Amègbédji qui, disant non à la discrimination des personnes handicapées, a fait sien cette citation : « Ce qui fait mal, ce n’est pas d’être différent ; c’est d’être traité différemment ».

Propositions idoines pour une nécessaire insertion

Dans le même sens, Apollinaire Dazogbo, représentant de la Direction de la réadaptation et de l’intégration des personnes handicapées (DRIPH) du ministère du Travail, de la fonction publique et des Affaires sociales, a rappelé que les handicapés sont des « personnes à part entière et non entièrement à part ». Il espère que de cet atelier sortiront des propositions de solutions pour que l’insertion professionnelle des groupes vulnérables devienne une réalité au Bénin. 

Se réjouissant de l’heureuse coïncidence de la célébration de la 27ème Journée nationale des affaires sociales (20 novembre dernier) avec le déroulement des activités de la Quinzaine nationale de l’emploi, Orou Yorou Méré, directeur de la promotion de l’emploi a déclaré que le combat pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées est un chantier national qui nécessite le concours de tous. Il a aussi mis l’accent sur le rôle de l’Etat dans le soutien aux personnes handicapées, avant de souhaiter leur recrutement autant que possible. 

L’ANPE échange avec les  groupes vulnérables pour leur Insertion sur le marché du travail

 

 

REPERTOIRE DES METIERS

Un métier vous intéresse ? Recherchez dans le répertoire opérationnel des métiers et trouvez toutes les infos liées au métier recherché: centres de formation, prérequis, débouchés, opportunités

Carrefour Emploi